Ressources Humaines

Certaines boîtes ont quand même des pratiques de recrutement étranges. Comme par exemple l'agence qui m'a fait lever à six heures du matin et traverser la moitié de la région parisienne sous la neige, pour un entretien d'embauche qui s'est avéré n'être qu'une suite de tests psychotechniques dignes des heures les plus sombres de la conscription.

Pas d'entretien en face à face, pas de présentation du poste proposé, pas d'échange autour de mon CV. Non, juste des tests, puis des tests, puis encore des tests. Et une photo pour finir, souriez un peu, parce que vous comprenez, nous recevons beaucoup de candidats, nous ne nous rappelons pas toujours de tout le monde. Comment ? Faire se sentir unique chaque candidat dans une entreprise à taille humaine ? Je ne vois pas ce que vous voulez dire.

Donc, pour commencer, un test de personnalité façon Psychologie Magazine qui sera probablement dépouillé par un DRH aussi compétent en interprétation de tests psychologiques que moi pour dire la liturgie orthodoxe en slavon septentrional. Des questions du genre, s'il se passe ceci pendant le développement du projet, comment réagissez-vous, cochez au maximum trois réponses parmi celles proposées ci-dessous. Et chaque fois, dans ma tête, une petite voix déçue qui me soufflait : oh, zut, il n'y a pas la réponse « j'en ai rien à branler » …

Puis un test de logique, très classique, des suites de chiffres, de lettres ou de figures géométriques à compléter. Je n'ai eu le temps d'en faire que les trois quarts, parce que mon cerveau pervers ne pouvait s'empêcher de divaguer à chaque série sur le thème : je suis sûr que je peux répondre n'importe quoi au hasard et malgré tout trouver une logique pour justifier ma réponse. C'est facile, il existe toujours au moins une fonction raisonnablement simple et logique qui passe par toutes les valeurs d'une série arbitraire. Mais je suppose que le fait que je n'ai pas fini le questionnaire dans le temps imparti sera plutôt interprété comme le fait que je ne travaille pas assez vite.

Puis enfin, une série de vingt-cinq exercices mathématiques. Du moins est-ce ainsi qu'on me les a présentés. En réalité, il s'agissait plutôt d'arithmétique. Élémentaire. Niveau CM1/CM2. 3 pommes coûtent 1,50 €, combien de pommes puis-je acheter si je dispose de 5 €, sachant que je veux aussi 2 carambars à 0,25 €. Dans une entreprise de 80 salariés, 35 % sont des hommes, combien y a-t-il de femmes. Bon, j'exagère, il y avait aussi des questions plus subtiles ; par exemple, un problème nécessitait de réduire des fractions au même dénominateur. Oh là là, attention, niveau 4ème ou 3ème au moins ! Tout à fait adapté pour évaluer un candidat à un poste d'ingénieur, donc.

Quel que soit le bout par lequel je prends la chose, j'arrive à la même conclusion.

Est-ce que ces gens m'ont convoqué à cet entretien sans avoir lu mon CV ? Alors ce sont des cons. Est-ce qu'ils ont lu mon CV et en ont déduit que c'était pertinent de vérifier que je savais faire des règles de trois ? Alors ce sont des cons. Est-ce qu'ils ne se posent aucune question et appliquent un processus de recrutement identique pour tout leur personnel, quel que soit le poste et quel que soit le candidat ? Alors ce sont des cons. Est-ce qu'ils pensent pouvoir garantir le bon fonctionnement d'une équipe projet en sélectionnant des profils psychologiques avec ce genre de test ? Alors ce sont des cons. Est-ce qu'ils envisagent le recrutement comme un processus unilatéral, juste trouver la pièce qui a la bonne forme pour rentrer dans le bon trou, et non comme la rencontre d'une personne et d'une entreprise qui doivent s'apporter mutuellement pour que ça fonctionne ? Alors ce sont des cons. Est-ce que tout ça ne sert qu'à piéger le futur salarié, une sorte de test déguisé qui permet moins d'évaluer les compétences réelles du candidat que ses réactions ? Alors ce sont des cons.

Inutile de dire que s'ils retiennent mon dossier, notre collaboration va débuter sur de bonnes bases.