Au chômage

Le nombre de demandeurs d'emploi atteint ce mois-ci un record historique. Les causes aussi bien que les solutions sont probablement multiples et complexes ; et j'ai la plus grande méfiance envers quiconque, simple quidam, journaliste, économiste ou ministre, prétendrait détenir la solution. Je vais donc m'abstenir de donner mon avis sur la question.

Par contre, pour avoir été au chômage une fois, il y a longtemps, je peux parler de ce que c'est. À cette époque, Pôle Emploi n'existait pas, la fusion entre l'ASSEDIC et l'ANPE n'avait pas encore eu lieu, beaucoup de choses étaient différentes, mais si j'en crois les témoignages que l'on peut lire dans les journaux, je pense que beaucoup de ce que je vais raconter maintenant est encore valable de nos jours…

Premier round

À cette époque, lorsque vous perdiez votre emploi, vous deviez vous inscrire séparément aux ASSEDIC (qui vous versaient vos allocations) et à l'ANPE (qui faisait semblant de vous aider à retrouver du boulot). Il fallait pour cela produire les certificats de travail et les fiches de paie correspondant à tous les emplois occupés depuis trois ans. Problème, dans mon cas, mon dernier contrat avait pris fin pour cause de rachat de la société par une grosse boîte canadienne et dans l'opération, tout le monde s'était fâché très fort. Le directeur avait accepté un poste aux États-Unis, le président ne voulait plus entendre parler de son ancienne boîte, le comptable avait été réembauché par une autre filiale du groupe. Bref, plus personne ne voulait ou ne pouvait avoir accès aux archives, rendant l'établissement du sus-dit certificat totalement impossible. J'ai dû passer des heures au téléphone, remontant toute mon ancienne hiérarchie de bas en haut, avant qu'enfin la solution n'arrive par la bande  : l'ancienne secrétaire (qui se trouvait dans la même situation que moi) nous bricola des faux plus vrais que nature.

Il fallait ensuite se rendre dans les locaux des ASSEDIC muni de ces précieux documents afin d'y remplir un dossier de demande d'allocation. (L'administration française ignore l'existence de la Poste.) Le hasard voulut que je me retrouve au chômage à la mauvaise période,  en septembre, lorsque des milliers de jeunes diplômés débarquent subitement sur le marché du travail après un dernier job d'été. Résultat, des fonctionnaires débordés et des heures d'attente aux guichets. Heureusement, le jour où j'y suis allé, je suis tombé sur un fonctionnaire intelligent qui nous tint à peu près ce langage  :

— Bien, vous êtes tous ici pour remplir le même dossier. Alors plutôt que de faire la queue les uns après les autres, je vais vous distribuer ces fameux dossiers directement ici, dans la salle d'attente, et vous allez tous le remplir en même temps.

Quelle bonne initiative ! me dis-je, ignorant l'enfer qui allait suivre… On nous distribua donc les formulaires. Un bref moment de panique survint lorsque la plupart des personnes présentes réclamèrent simultanément un stylo ; puis ce petit problème logistique résolu, un autre gars vint nous donner ses instructions.

— Alors, tout en haut de la feuille, vous avez une case où il est écrit  : nom. Là, vous inscrivez votre nom. Mais surtout, vous écrivez bien dans les peignes, avec une lettre par case, parce que vous comprenez, c'est traité informatiquement et si vous écrivez mal, ça passe pas dans la machine et on doit tout ressaisir à la main après.

Dix minutes plus tard, tout le monde avait terminé d'écrire son nom depuis belle lurette, avait reposé son stylo et attendait. Le type finit par s'en apercevoir et reprit la parole.

— Bon, vous avez terminé  ? Alors ensuite, vous avez une case où il est écrit  : prénom. Là, vous inscrivez votre prénom. Mais surtout, vous écrivez bien dans les peignes, avec une lettre par case, parce que vous comprenez, c'est traité informatiquement et si vous écrivez mal, ça passe pas dans la machine et on doit tout ressaisir à la main après.

Dix minutes plus tard, tout le monde avait terminé d'écrire son prénom depuis belle lurette, avait reposé son stylo et manifestait des signes d'impatience. Le type reprit calmement, sans s'affoler.

— Ensuite, vous avez une case où il est écrit  : adresse. Là, vous inscrivez votre adresse. Pas la ville, hein, pour ça il y a une autre case plus bas, on verra ça tout à l'heure. Juste l'adresse. Par exemple, si vous habitez au 8 rue des Campanules à Bourg-les-Sylvettes, vous écrivez juste 8 rue des Campanules, mais pas Bourg-les-Sylvettes. Et puis surtout, je sais que je me répète mais c'est vraiment important, vous écrivez bien dans les peignes, avec une lettre par case, parce que vous comprenez, c'est traité informatiquement et si vous écrivez mal, ça passe pas dans la machine et on doit tout ressaisir à la main après.

Dix minutes plus tard, tout le monde avait terminé d'écrire son adresse depuis belle lurette, avait reposé son stylo, et la fille assise en face de moi roulait nerveusement une dix-septième cigarette en foudroyant le type du regard.

— Alors, on va passer à la suite. Maintenant, vous avez une case...

Mais plus personne n'écoutait. Chacun se mit à remplir son dossier dans son coin, à son rythme, sans plus se soucier des ordres. En quelques minutes, tout le monde a eut fini. Quand le type s'en aperçut, un vent de panique passa sur son visage.

— Ah, mais vous ne m'attendez pas, là  ! Ah, c'est terrible, je suis sûr que vous avez inscrit n'importe quoi n'importe où, on va perdre un temps fou, il va falloir tout reprendre depuis le début  ! Vous, là, donnez-moi votre dossier, que je vérifie...

Le jeune lui tendit son dossier. Le fonctionnaire le regarda longuement à la recherche de la faille, de l'erreur fatale, ne la trouva pas.

— Mouais, pour vous c'est bon, mais je suis sûr que la plupart des autres a fait n'importe quoi. Donnez-moi tous vos dossiers, que je vérifie...

Et le type, devant nous, vérifia un par un tous les dossiers en maugréant. Ca lui prit une bonne heure. Nous ne pouvions pas bouger  : non seulement il fallait qu'on attende qu'il nous rende nos dossiers pour y joindre les fameux (faux) certificats de travail et déposer le tout dans la boîte prévue à cet effet, mais de plus, notre fonctionnaire avait paraît-il des choses importantes à nous dire ensuite.

Importantes, c'est le terme. Parce qu'après, nous avons eu droit à un discours moralisateur d'une demi-heure, bourré de poncifs sur le chômage et la recherche d'emploi : qu'il fallait arriver à l'heure et bien habillé aux entretiens d'embauche, qu'il ne fallait pas faire de faute d'orthographe dans sa lettre de motivation, etc.

C'est à ce moment que la rouleuse de cigarette craqua. Elle se leva et quitta la pièce en hurlant qu'elle n'avait pas trois heures à perdre pour écouter ces conneries, qu'avec son bac+X elle espérait qu'on lui parle autrement qu'à un môme de 6 ans qui apprend à écrire dans les peignes et qu'en plus, elle devait passer chercher son gamin chez la nounou avant midi. Réaction du fonctionnaire, médusé  :

— Ah ben elle est gonflée, celle-là. Avec une mentalité pareille, elle n'est pas prête de retrouver du travail, c'est moi qui vous le dis.

Retrouver du travail, parlons-en justement  : c'est notre prochaine étape. Car c'est à l'ANPE qu'échoit la noble tâche d'aider le chômeur à ne plus en être un.

Second round

Autant je soupçonne que mes déboires avec les ASSEDIC ne furent causés que par l'incompétence d'un seul type en particulier, autant je suis persuadé qu'à l'ANPE (et à Pôle emploi aujourd'hui) le problème est général et structurel. La plupart des gens qu'on y rencontre sont probablement compétents et motivés pour aider les chômeurs  ; mais ils ne peuvent rien faire tellement ils sont écrasés de procédures et de règlements stupides, d'ordres contradictoires impulsés par des décideurs politiques toujours changeant, sans parler de leur capacité d'accueil bien inférieure à la demande.

La première chose qu'on me demanda lorsque je franchis les portes de mon agence locale pour l'emploi fut de remplir une sorte de bilan de compétences. Malheureusement, si comme moi vous étiez tentés par plusieurs orientations, que la flexibilité ou la reconversion ne vous faisait pas peur, c'était râpé. Car dans votre dossier, il était explicitement prévu que vous ne pouviez prétendre qu'à un seul métier. Éventuellement deux en trichant un peu, mais pas davantage. Dépendeur d'andouilles vous étiez, dépendeur d'andouilles vous resteriez, à moins bien sûr de vous débrouiller seul pour démarcher les entreprises – ce qui ôtait tout intérêt à l'ANPE. Et encore, je n'étais pas à plaindre. Des amis qui n'avaient pas de formation (ou alors un truc exotique sans valeur sur le marché du travail) étaient prêts à accepter n'importe quel petit boulot non qualifié  : caissier, secrétaire, standardiste, agent d'entretien, livreur ou que sais-je encore. À ceux-là, on répondait tout simplement que ça n'était pas possible et qu'ils devaient se décider pour un seul de ces métiers lors de leur inscription à l'ANPE. Un comble quand dans le même temps, on demandait aux employés plus de flexibilité et qu'on les incitait à suivre des formations de reconversion…

Mais revenons-en au bilan de compétence. Votre conseiller chargeait le questionnaire correspondant à votre métier sur un ordinateur puis vous laissait devant l'écran répondre à une série de questions. Je me rappelle vaguement que dans mon cas, la machine me demandait les langages dans lesquels je savais programmer, les méthodologies que je maîtrisais (genre Meurise et autres), si je savais configurer un réseau local ou bien si j'avais quelques compétences en hardware. Je répondis consciencieusement à toutes les questions ; avant de me heurter à l'impossibilité de valider le formulaire. Le conseiller ANPE identifia immédiatement la cause du problème  : j'avais coché plus de seize cases. Car oui, pour l'ANPE, les chômeurs ne pouvaient pas avoir plus de seize compétences simultanément. J'ai donc décoché quelques cases au hasard et sous le regard gêné du conseiller, le formulaire est passé.

Ensuite, et c'est là que résidait le piège, le naïf que j'étais pensait que le logiciel allait mettre en adéquation mon bilan de compétences avec les offres d'emploi proposées par les entreprises, afin d'en inférer les postes qui me conviendraient le mieux. Eh bien pas du tout  ! Ce que n'importe quel site de cul sur internet sait faire, le logiciel de l'ANPE en était parfaitement incapable. Les annonces que l'ANPE vous envoyait n'étaient sélectionnées que sur la base du métier recherché, pas sur celle des compétences que vous aviez déclarées. Moi qui n'y connaissais absolument rien en informatique de gestion et qui ne maîtrisais pas le langage Cobol, je reçus des dizaines d'offres d'emploi concernant la résolution du bug de l'an 2000 pour des logiciels financiers écrits en Cobol...

Ça aurait été juste risible si vous n'étiez pas obligés de répondre aux annonces que vous receviez. Car si vous ne leur donniez pas suite, l'ANPE vous classait dans la catégorie des fainéants qui ne recherchaient pas activement un emploi et qui tentaient de profiter du système. Ce qui se traduisait à brève échéance par la suppression de vos allocations. J'ai donc passé des heures et des heures dans des entretiens d'embauche bidons pour des postes dont je savais pertinemment que je ne correspondais pas au profil, juste parce que j'avais besoin de me faire jeter officiellement et dans les règles de l'art par des DRH (tampons sur les formulaires à l'appui), pour prouver à l'ANPE que j'étais réellement en recherche active d'emploi.

En fait, l'ANPE était tellement incompétente pour aider les chômeurs que les recruteurs ne faisaient même pas appel à elle. La mère d'un ami, qui était DRH dans un grand groupe où le roulement était assez important, m'expliquait que lorsqu'elle devait embaucher du personnel pendant les périodes de pic d'activité, le meilleur moyen était de passer par les petites annonces. Passer par l'ANPE nécessitait de remplir des tonnes de formulaires administratifs, pour au final recevoir une majorité de candidatures ne correspondant pas au poste. Et à titre personnel, dans toutes les entreprises où je suis passé, je n'ai jamais vu un seul DRH se tourner vers l'ANPE (ou vers Pôle Emploi) pour effectuer un recrutement. Ce n'est pas un hasard si les cabinets de recrutement privés font fortune.

Bien sûr, si Pôle Emploi était compétente pour trouver des emplois aux chômeurs, ça ne résoudrait que marginalement le problème du chômage. Mais qu'est-ce que ça économiserait comme argent public et comme crises de nerfs…

Tiens, puisqu'on parle de chômage, figurez-vous que j'ai démissionné il y a quinze jours. C'est un poil stressant, mais beaucoup moins que de continuer à bosser dans une boîte de dingues, finalement.