Food Porn

Tu as passé une journée de merde au boulot. Pire, en rentrant chez toi à moto, tu t’es pris l’averse du siècle, celle qui n’était pas prévue par Météo France, du coup tu n’avais pas ton équipement de pluie. Et te voilà dégoulinant sur le parquet du salon, à enlever une par une et à grand renfort de jurons, les couches de vêtements collées à ta peau par la flotte glaciale.

Il te faut du réconfort.

Par exemple, une soupe de légumes brûlante. Alors attention, soyons sérieux. Je ne parle pas d’un Royco Minute Soupe ou d’un sachet Knorr. Je parle d’une vraie soupe. Non, n’essaie pas de me dire que tu ne sais pas cuisiner. Il n’y a rien de plus simple à préparer qu’une soupe. C’est facile : tu prends tous les légumes que tu peux trouver dans ton frigo, tu les plonges dans l’eau bouillante salée pendant 20 minutes et tu mixes. Ça marche à tous les coups. Quels que soient les légumes. Pommes de terre, carottes, navets, céleri rave, haricots verts, petits pois, brocolis, pois gourmands, asperges, poireaux… Tous, je te dis.

Alors après, moi, mais bon j’ai un peu d’expérience tu vois, j’aime bien jouer avec les couleurs. Par exemple, les verts : brocolis, haricots, petits pois, courgettes. Ou alors les oranges : potiron et carotte. Ou les blancs : asperge et chou-fleur. Mais tu n’es pas obligé.

Bref. Tu as ta soupe de légume brûlante dans ton bol. Maintenant tu y verses un demi-verre de vin rouge. Pas de discussion, c’est un ordre. Ca s’appelle « faire chabrot », tous les anciens qui ont des racines au sud de la Loire connaissent. Le copain ne se rappelle jamais du nom, il appelle ça « faire shalom » ou « faire Gavroche », ça dépend des jours. On rigole bien.

Les légumes et le vin, c’est bon, c’est goûtu. Mais ça manque de gras. Or le gras, c’est la vie ! Ajoutons donc de la graisse : un bon camembert au lait cru sur une tranche de pain de campagne.

Tu me vois venir ? Oui. Tu as compris. Tu trempes la tartine de camembert dans la soupe de légume au gros rouge.

Ça va mieux, hein ?