Ma meilleure ennemie

Je suis du genre angoissé. Depuis aussi longtemps que je me rappelle. Je n’y peux pas grand chose, c’est physiologique, Dame Nature m’a fabriqué comme ça. Mon logiciel interne de régulation du stress est dans les choux. Il fonctionne n’importe comment. Oh, j’ai bien lu, et mon médecin m’a expliqué, tout un tas de théories sur la chose. De la psychologie à base d’attachement insecure à la mère dans la petite enfance, de la physiologie à base de prédisposition génétique ou de tumeurs sécrétantes sur diverses glandes… Ca me fait une belle jambe. Les tumeurs, on n’en a jamais trouvé aucune, et la relation avec ma mère ou mon patrimoine génétique, c’est un peu tard pour y changer quoi que ce soit.

De toute façon, séparer le psychologique du physiologique quand on parle d’angoisse est inepte. Les deux sont intimement liés, l’angoisse génère des symptômes physiques et les symptômes physiques génèrent de l’angoisse en un cercle vicieux délétère. Je me méfie donc des explications simplistes et mécanistes, du genre, il vous est arrivé ceci dans l’enfance donc vous serez comme cela à l’âge adulte.

L’angoisse. Vous voyez ce qu’est la peur ? Par exemple quand vous venez d’éviter un accident de justesse, ou bien lorsque vous vous trouvez dans une situation vraiment dangereuse ? Le rythme cardiaque qui s’affole, la respiration qui s’accélère, la sensation de chaleur dans la poitrine, l’envie de pisser, le sentiment de panique ? Eh bien l’angoisse, c’est la même chose, sauf qu’il n’y a pas de cause objective identifiable à cette peur. Le gars qui a peur des chiens, il peut éviter les chiens. Le gars qui a peur de la foule, il peut éviter la foule. Le gars qui a peur de l’avion, il peut éviter de prendre l’avion. Le gars angoissé, qui a peur sans cause identifiable, il ne peut rien éviter, parce qu’il ne sait pas quoi éviter.

Le psychisme peut simuler pratiquement n’importe quel symptôme physique, et le mien ne se prive pas de jouer sur toute la palette disponible. Un coup ce sont des vertiges, un coup c’est la tension artérielle qui tombe brutalement, un coup c’est le rythme cardiaque qui s’effondre ou qui accélère pendant quelques heures, un coup c’est de l’hyper-ventilation, un coup ce sont des salves d’extra-systoles, un coup ce sont des douleurs thoraciques, ou lombaires, ou intercostales, ou n’importe où ailleurs. Le plus souvent, il y a plusieurs symptômes à la fois. J’y suis habitué : ces phénomènes ne m’inquiètent plus, j’essaie de les ignorer du mieux que je peux. Mais mon inconscient est un animal pervers ; chaque fois que j’apprends à gérer un symptôme, il en invente un nouveau…

Les médecins, tout imprégnés qu’ils sont de l’esprit de Descartes, ne sont pas habitués à diagnostiquer et traiter ces manifestations sans support physiologique apparent. Ils s’y connaissent en microbes et en plomberie, mais ils sont perdus devant un cerveau qui invente des symptômes à l’insu de son propriétaire. Il a fallu que j’en rencontre une bonne dizaine avant que vers l’âge de 25 ans, une jeune toubib me dise un jour : « Mais Monsieur, tout ce que vous me décrivez là, c’est juste de l’angoisse ! Attendez, on va faire une expérience pour le vérifier. » Elle m’a donné un comprimé et m’a demandé d’aller faire un tour et de revenir un peu plus tard. Une heure après, j’étais de retour à son cabinet sans le moindre symptôme. Incroyable. Le comprimé ? C’était un anxiolytique. La démonstration imparable. La preuve par neuf. Une révélation. Un nom sur mon problème.

Je m’imagine volontiers le stress comme une grandeur mesurable, que l’on peut additionner ou soustraire. Dans la vie de tous les jours, la somme des petites contrariétés quotidiennes le maintient à un niveau « de base ». Ensuite, chaque événement imprévu (ou parfois, la simple perspective d’un événement imprévu) en rajoute ; et dès qu’on dépasse un certain seuil, les symptômes physiques commencent. Chez la plupart des gens, ce seuil est élevé. Chez moi, il est au raz des pâquerettes. Du coup, il m’en faut assez peu pour passer dans la zone rouge. Ma stratégie consiste à abaisser au maximum le niveau de stress de base, de façon à gagner un peu de marge. Ça passe par tout un tas de petits détails : habiter à la campagne plutôt que dans l’agitation des villes, avoir un boulot plutôt tranquille, éviter les situations « phobiques » comme la foule, etc.

Ca se passe plutôt bien, je gère. Mais il y a quand même des périodes difficiles. Les années 2002 et 2003, par exemple. Vous vous rappelez la scène d’ouverture du film Copycat ? Voilà, tout pareil. L’agoraphobie à son paroxysme : impossible de sortir de chez moi sans être pris de vertiges et de malaises. La seule différence, c’est que l’héroïne du film vivait ça en permanence, alors que moi, c’était seulement le matin. Pourquoi ? Demandez à mon inconscient, moi je n’en ai aucune idée. Mais tant mieux, ça m’arrangeait bien, je pouvais encore aller travailler l’après-midi. (Le matin, c’était télétravail obligé.)

Dans ces cas-là, la solution est surtout médicamenteuse. Mes amies les benzodiazépines. Un petit comprimé et tout disparait ! C’est miraculeux, mais c’est transitoire. Impossible de prendre un tel traitement à vie. Il y a accoutumance et dépendance. La phase de sevrage est souvent difficile, il faut décroitre les doses le plus progressivement possible. On se retrouve à couper les comprimés en deux, puis en quatre, voire plus, parce que passer directement de un comprimé par jour à zéro déclenche un syndrome de manque. Du coup, les (bons) médecins hésitent à les prescrire, ce n’est pas facile de s’en procurer ; et je n’aime pas trop en prendre, parce que quand on commence, on ne sait jamais quand on pourra arrêter. Une fois, il y a longtemps, dans les années 1990 je crois, j’ai dû passer presqu’une année complète sous benzos ; la durée maximale de prescription est officiellement de 12 semaines…

Ces derniers temps étaient plutôt tranquilles. Et puis il y a quelques mois, ma meilleure ennemie l’angoisse est revenue. Plus vivace que jamais, et avec de nouveaux symptômes inédits ! Aucun doute sur ce qui a fait péter les défenses : le cumul d’une situation professionnelle merdique et d’un débat non moins merdique sur le mariage pour tous. J’ai changé de poste à mon boulot et le premier article de la loi ouvrant le mariage aux homosexuels a été adopté ce midi. La situation devrait donc revenir à la normal assez rapidement. D’ici là, je découpe des comprimés en quatre.