Winter Pride

Je ne comprends pas pourquoi le PS appelait à manifester. Dites, les députés et les ministres de la majorité, c’est votre projet de loi, c’est à vous de mouiller la chemise pour le défendre. C’est à vous de vous montrer dans les médias, de répondre aux détracteurs de tous poils, de démystifier, d’argumenter. C’est à vous de montrer que vous y croyez. C’est à vous de montrer que votre projet de société a du sens. C’est à vous de pointer l’incohérence de l’UMP qui appelle au débat tout en n’envoyant personne participer à celui organisé en ce moment même par la Commission des Lois à l’Assemblée Nationale. C’est à vous de nous aider à nous défendre contre le flot d’injures qu’on se prend dans la gueule depuis des mois.

À la place de quoi, on a quelques timides interventions d’une ministre par-ci, d’une secrétaire d’état par-là… Principalement des femmes, d’ailleurs. Si ça continue, je vais finir par croire que les mecs du PS considèrent que défendre les homos est risqué en terme d’image. Ca ne m’étonnerait tellement pas. Sans parler de notre bon Président qui gaffe sur la liberté de conscience des maires tout en disant qu’il est favorable à la PMA, mais en fait non, et d’ailleurs ça n’apparait pas dans le projet de loi du gouvernement parce qu’il est pour, mais il préfère que ce soit le parlement qui dépose un amendement. Allô ? Quelqu’un comprend ? Sérieusement ? Quand Mitterrand disait qu’il croyait aux forces de l’esprit, il ne parlait probablement pas de l’esprit de Hollande…

Bref, nous avons manifesté dimanche dernier pour nos droits, puisqu’il faut en passer par là pour donner des couilles une légitimité au PS. Une manifestation bon enfant, sans débordement, sans violence. Dans la masse, certes, quelques slogans agressifs vis-à-vis des Boutin, Barjot, Vingt-Trois et autres, mais en même temps, ils le cherchent bien : quand on se présente en égérie des promoteurs d’une discrimination, il faut s’attendre à des réactions musclées de la part des gens qu’on discrimine. Contrairement à ce dont on nous accuse, aucun slogan « hétérophobe » ou « cathophobe ». Si tant est que ces mots aient un sens. Le racisme, l’homophobie, l’antisémitisme, ce sont beaucoup moins des comportements individuels qu’une structuration de la société qui vise à discriminer une catégorie de personnes ; or, notre société n’est pas structurée pour discriminer ni les hétéros ni les cathos. (Ni les Blancs, n’est-ce pas, mon petit Jean-François Pain-Au-Chocolat Copé ?) Il faut dire que les risques de dérapage sont limités par le fait que nos revendications se tiennent du bon côté de la morale et de l’Histoire. Nous, il n’y a pas besoin de donner des consignes aux manifestants pour éviter les slogans haineux…

Le copain n’avait jamais manifesté de sa vie. Ah, ces provinciaux ! Je lui ai donc tout bien expliqué, qu’il fallait découper des trous dans les A, les D, les P, les Q ou les R des banderoles pour que le vent puisse passer à travers, qu’il fallait marcher sur la chaussée plutôt que sur les trottoirs sinon on n’est pas comptabilisé par les flics des RG…

On ne s’est pas trop attardé après l’arrivée à Luxembourg. Je n’étais pas très en forme, et accessoirement assez énervé de n’avoir réussi à retrouver personne de mes connaissances sur le trajet, du fait de l’acharnement du réseau GSM à refuser d’acheminer mes SMS. (Allez, tous ensembles, on fait les cornes à Orange, Bouygues, SFR et Free : hou les corneuh, hou les corneuh !).

Rendez-vous le 27 janvier. Et cette fois-ci, avec les copains et les copines, on sera prévoyant, on se retrouvera avant la manifestation…