Minorités

Nous avons tellement de retard sur le traitement des minorités.

Au Pays-de-Galles, on a pris conscience que les gays n’osaient pas porter plainte après une agression homophobe parce que les policiers avaient la réputation d’être eux-même homophobes. Pour donner confiance aux homos, le gouvernement a fait apposer un petit autocollant arc-en-ciel sur la porte des commissariats. Imagine-t-on pareille mesure en France ? Bien sûr que non. Ce serait communatariste, et ça, il se trouve plein de gens pour croire sérieusement que ça menacerait la République.

À Londres, le taux d’équipement en aménagements spécifiques pour les personnes à mobilité réduite est, pour un Français, proprement stupéfiant. Tous les taxis et les bus possèdent une rampe d’accès. Presque tous les musées sont accessibles. Un peu partout, des toilettes publiques sont réservées aux handicapés par le biais d’une clef spéciale que l’on peut se procurer auprès de la Royal Association for Disability Rights. Quelques théâtres proposent un service de gardiennage pour les chiens d’aveugle. Imagine-t-on pareille chose en France ? Bien sûr que non. Il y a trop de gens qui pensent sérieusement que « pas de bras, pas de chocolat[1] » et surtout, il est mal vu pour un gouvernement de s’occuper d’autre chose que de l’intérêt général. Or beaucoup, confondant intérêt général et intérêt de la majorité, ne comprennent pas que s’occuper des minorités est profitable à tous et ne relève aucunement d’intérêts particuliers.

Dans certaines villes des États-Unis, les policiers peuvent suivre des formations d’initiation à la diversité. Parce qu’on s’est aperçu, dans ce grand pays multiculturel, qu’on devait s’adresser de manière différente à des gens issus de cultures différentes, parce qu’on s’est aperçu que tout le monde n’était pas blanc hétéro parlant anglais et que tout le monde n’avait donc pas les mêmes besoins que les blancs hétéros parlant anglais, l’État forme ses fonctionnaires à se comporter correctement envers tous ses citoyens. (Bon, ce n’est pas encore gagné, mais il faut avouer qu’ils partent de très loin.) Il me semble que le Canada travaille dans la même direction. Envisage-t-on pareille chose en France ? Bien sûr que non. Ce n’est pas à l’État de s’adapter à la diversité de ses citoyens, c’est aux citoyens d’entrer dans le moule imposé par l’État.

En fait, la France ne peut tout simplement pas penser les concepts de diversité et de minorité. Un truc l’en empêche. Ce truc, c’est un principe quasi-sacré et il a pour nom : Universalisme Républicain®. Chaque fois que l’on propose un aménagement pour une catégorie spécifique de personne (certaines aides sociales, le mariage gay, des ascenseurs réservés aux fauteuils roulants, la parité homme/femme sur les listes présentées aux élections, la liste est infinie) il se trouve des gens pour y voir l’attribution d’un privilège. Et chez nous, on n’aime pas les privilèges. Pour des raisons liées à notre histoire, mais aussi parce que par définition, un privilège n’est pas Républiquement Universel® puisqu’il ne s’applique pas à tous.

Le premier article de la Déclaration des Droits de l’Homme, un texte dont nous aimons d’ailleurs nous gargariser, stipule que tous les hommes naissent égaux en droits. Il faudrait commencer à comprendre que s’occuper des minorités, c’est justement satisfaire à ce principe d’égalité des droits – et le mot important ici, c’est bien « droits ». Apposer un autocollant arc-en-ciel à l’entrée d’un commissariat, ce n’est pas un privilège ou du communautarisme, mais simplement un marchepied pour hausser les homos, qui partent de plus bas, au même niveau de droits que les autres citoyens. L’universalisme, ça ne veut pas dire les mêmes moyens pour tous, ça veut dire les mêmes résultats pour tous.

Et le plus démoralisant, c’est que je ne fais pas davantage confiance à la gauche qu’à la droite pour faire progresser la France sur ces questions.