Insidieusement

La loi est la loi. Certes. Mais le zèle est le zèle et l’absence de zèle est l’absence de zèle, aussi. Or il semble avéré dans l’affaire Leonarda comme dans des milliers d’autres que l’administration française a tendance à être zélée surtout quand ça l’arrange, ce qui lui autorise une assez grande latitude dans l’application de cette fameuse loi qui est la loi. Qui du coup perd quelque peu de sa force et de son universalité. D’autant plus qu’en matière de droit d’asile, elle laisse déjà un large pouvoir discrétionnaire aux fonctionnaires. Les blogs d’avocats spécialisés dans le droit des étrangers, comme celui-ci ou bien sûr l’incontournable Maître Eolas, regorgent d’exemples de situations ubuesques auxquelles cela conduit. Par exemple, on pourrait s’étonner que l’administration refuse le droit d’asile à la famille de Leonarda parce qu’elle met en doute (avec raison) son origine kosovare, et décide donc de l’expulser vers… le Kosovo. Bref. La loi est la loi, mais la loi n’est pas toujours ni la logique ni la justice, loin s’en faut, et encore moins la morale. On pourrait dresser une liste longue comme le bras de chose illégales qui sont néanmoins morales et de choses immorales qui sont néanmoins légales.

Or, en matière de morale, nul doute que cette expulsion est choquante. C’est bien pour ça qu’elle a pris de l’importance médiatique, au point que le Ministère de l’Intérieur a réagit en allumant un contre-feu, publiant moult détails accablants sur cette andouille de père de famille. La manœuvre a parfaitement réussi. Alors qu’hier l’opinion publique désapprouvait l’expulsion d’une collégienne innocente, elle approuve aujourd’hui ce qui est implicitement présenté comme la reconduite à la frontière d’un délinquant. L’amalgame est pourtant grossier. La conduite délictueuse de ce monsieur n’a aucun rapport (juridique, logique ou autre) avec le refus de sa demande d’asile, et ne justifie pas non plus l’arrestation d’une collégienne mineure dans les conditions que l’on sait.

Oui, le père a menti aux autorités, bénéficié abusivement d’aides sociales, battu sa femme et ses enfants. Très bien ! Nous sommes sur le territoire français, qu’on lui applique les sanctions prévues pour ces délits dans le droit français : amende, prison, placement d’office de ses enfants, suspension des aides sociales, que sais-je encore, à un juge d’en décider. Penser que ces délits justifient une expulsion, c’est-à-dire une peine différente de la peine que subissent les Français coupables des mêmes infractions, je ne vois pas très bien sur la base de quelles valeurs humanistes et républicaines c’est défendable. De plus, et c’est là où je veux en venir, c’est l’exacte rhétorique du FN. L’amalgame utilisé par nos gouvernants de gauche pour retourner l’opinion en sa faveur a fonctionné grâce à un ressort idéologique d’extrême-droite. Je ne sais pas ce qui me désole le plus : qu’ils en aient eu l’idée ou que ça ait marché.

Je ne pense pas que Marine Le Pen arrive un jour au pouvoir. Par contre, cette affaire et plein d’autres montrent que les idées du FN sont banalisées, acceptées, intégrées par des gens venant de tout l’échiquier politique, de gauche comme de droite. L’immigration, par exemple, n’est plus matière à débat, l’affaire est déjà entendue : c’est devenu un problème à résoudre. On peut présenter tous les chiffres et toutes les études, prétendre le contraire est une opinion inaudible. Le FN n’a presque pas d’élu, mais il force les élus des autres partis à prendre position sur des questions clivantes, faussement présentées comme importantes. Le FN n’est pas au pouvoir, mais il impose ses sujets de débat, il produit du discours qui essaime. Insidieusement. On ne s’en rend pas compte, on se croit de gauche, on se croit progressiste et puis un jour, à l’occasion de l’expulsion d’une Leonarda ou du placement en foyer d’un gamin blond enlevé à ses parents bruns, on sort avec aplomb une bonne grosse connerie raciste.

Marine Le Pen : « La famille de Leonarda n’a pas vocation à rester en France. » François Hollande : « La famille de Leonarda n’a pas vocation à rester en France. » Voilà. Au plus haut de l’Etat, on est tombé dans le piège. À nous de ne pas y tomber aussi.

Médiocratie

Les médias sont médiocres. Il faut plaire au plus grand nombre, faire la course aux parts de marché, l'œil rivé sur les revenus publicitaires, aucune fiction sur des sujets segmentants l'immigration les Roms les pédés la prostitution oh là là surtout pas, la segmentation c'est mal, il faut rassembler, rassembler dans le nœud-nœud, dans le consensuel mou, aucune idée qui dépasse, comédies familiales gentilles et défilé d'humoristes sans griffes.

Les journalistes sont médiocres. Le micro trottoir en guise d'analyse politique, l'envoyé spécial au péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines les jours de départ en vacances comme apogée du journalisme de terrain, servir la soupe aux invités quel que soit le nombre de conneries qu'ils débitent à la minute, présenter Christine Boutin comme spécialiste du mariage gay et Eric Ciotti comme expert en sécurité, faire des concours de unes putassières avec les torchons concurrents, ne jamais rien vérifier, rien, jamais.

Les politiques sont médiocres. L'UMP est encore plus grotesque qu'à l'époque où elle était au pouvoir (Dieu sait que personne n'aurait cru ça possible) et la gauche ne branle rien comme d'habitude. On attend la PMA pour tous, le droit de vote des étrangers, la légalisation de l'euthanasie, la dépénalisation du cannabis et du LSD, l'interdiction du cumul des mandats, le tournant de l'économie verte, la promulgation de l'Aïd et de Kipour comme fêtes nationales, la liberté sexuelle totale inscrite dans le préambule de la Constitution de 1958, la reconduite à la frontière des ministres de l'Intérieur nés en Espagne, l'exécution sommaire des ennemis du prolétariat, mais à la place on a encore demandé à Jacques Attali de nommer une commission et d'écrire un rapport.

Tout est médiocre et moi-même je me sens un peu las.

Judith

De passage en Belgique, vous décidez de visiter le Museum voor Schone Kunsten de Gand. Ah, les maîtres flamands, les paysages du nord, les clairs obscurs, l'agneau mystique de Van Eyck ! Et vous voilà déambulant de salle en salle, vous extasiant devant un Brueghel par-ci ou un Van Dyck par-là… Quand soudain : le choc.

Une Judith inconnue. Par un certain Édouard Richter, lui aussi inconnu.

Vous avisez le sabre ensanglanté. Aucun doute, c'est bien de la Judith de la Bible dont il s'agit, celle qui afin de sauver la ville de Béthulie du pillage auquel le roi Nabuchodonosor la destinait, décapita le général Holopherne après l'avoir séduit et enivré. Mais cette Judith-là est spéciale. Elle ne ressemble pas à celle du Caravage, ni à celle de Rubens, ni à celle de Cranach, ni à aucune autre. À cause d'un détail inhabituel, qui vous trouble et sur lequel vous n'arrivez pas à mettre le doigt.

Vous finissez par voir ce qui cloche. Le temps. Cette Judith-là n'a pas peur d'être prise par les gardes, elle n'est pas en train de fuir, elle n'est pas dans la fébrilité qui saisit normalement tout criminel à l'œuvre. Non. Cette Judith-là prend tout son temps. Elle ne manifeste pas le moindre stress, pas la moindre inquiétude. Au point de s'arrêter face à la caméra pour faire sa pin-up, regard lascif, tenue transparente et tétons qui pointent.

Là où les autres peintres montrent une Judith meurtrière, Richter montre une Judith séductrice. La réalité du crime est escamotée derrière un coin de tenture à peine relevé ; ne reste que la tension sexuelle. Cette Judith-là n'est pas inquiétante parce qu'elle est en train de tuer mais parce que vous pourriez être sa prochaine victime. Si si. Vous. Cette façon de vous regarder, cette façon de marcher vers vous… En fait, c'est déjà trop tard : vous êtes foutus, ça fait au moins quinze minutes que vous êtes planté devant cette toile, le gardien de la salle commence même à vous regarder bizarrement.

Heureusement que ce n'est qu'une peinture. Heureusement que vous n'êtes ni hétéro, ni général babylonien.

Heureusement que l'art existe.

Navigo

J'ai besoin d'un passe Navigo. Naïvement, je me suis donc présenté muni de mon vieux passe à l'agence commerciale idoine, demandant qu'on me le réactive. Impossible, me répondit le guichetier : mon passe a été désactivé il y a plus d'un an, or voyez vous, on ne peut pas réactiver un passe désactivé depuis plus d'un an. Oui c'est n'importe quoi. Non, on ne peut rien faire.

De retour à la maison, je me connecte au site du STIF, cet organisme qui emmerde tout le monde depuis dix ans avec ses règlements débiles qui réalise tant de bonnes choses pour les usagers. J'apprends donc qu'il y a deux modèles de passe Navigo. Alors attention, hein. Techniquement, ce sont exactement les mêmes. Une carte en plastique avec votre photo et votre nom imprimés dessus et une puce RFID à l'intérieur. Mais commercialement, ça n'est pas du tout la même chose. Il y a le passe Navigo Intégrale (oui, il y a une faute d'accord, preuve irréfutable que le STIF est contaminé par la théorie du genre) qui sert uniquement pour les abonnements annuels, et le passe Navigo normal, qui sert uniquement pour les abonnements mensuels ou hebdomadaires. On ne peut pas mettre un abonnement annuel sur une carte destinée aux abonnement mensuels et inversement. Enfin techniquement, si, puisque ce sont les mêmes cartes. Mais en pratique, on ne peut pas. C'est interdit. Pourquoi ? Parce que.

Me voilà donc à devoir commander un nouveau passe Navigo sur internet – alors que j'en possède déjà un en parfait état. Il faut prouver que l'on habite en région parisienne – il ne faudrait pas que les bouseux de province bénéficient de la technologie de pointe qui se cache dans le Navigo, hein. Il faut fournir une photo d'identité aux normes (délirantes) qui vont bien, ses noms et prénoms, sa date de naissance… Les fiches anthropométriques de la Police Nationale sont probablement moins précises. C'est qu'autoriser n'importe qui à prendre le métro pourrait compromettre la sûreté nationale ! On ne rigole pas avec ces choses-là. Quoi qu'à bien y réfléchir, ça ne doit pas être une question de terrorisme, puisque ce problème-là est déjà résolu par les adolescents pré-pubères qui patrouillent en treillis dans toutes les gares avec un FAMAS non chargé au poing. Bref. Une fois sa fiche de renseignement remplie, il faut encore patienter plusieurs semaines avant de recevoir le passe convoité dans sa boite aux lettres. Le temps que la DCRI vérifie tout, je suppose.

Pendant ce temps à Londres, acheter une Oyster Card prend environ quarante-cinq secondes, puisqu'il suffit d'introduire sa carte bleue dans les distributeurs automatiques qui se trouvent en station. N'importe qui peut en avoir une (la preuve : j'en ai une), il n'y a ni photo ni nom ni prénom dessus, ça fait exactement ce qu'on lui demande sans prendre la tête de l'usager avec des procédures administratives dignes de l'ex-bloc soviétique : ça permet de prendre le métro. Point.

Mais j'imagine que les Français ne sont pas prêts à accepter un système aussi simple et aussi efficace.

Curriculum Vitae

Après un mois et demi de vacances à durée indéterminée, j'ai enfin retrouvé du boulot. Ce fut plus difficile que la dernière fois. Il faut croire que le marché du travail s'est tassé et que mes compétences professionnelles ne coïncident plus exactement avec les compétences à la mode. Bref, c'est l'occasion de mettre à jour et de republier un vieux billet, le CV En Images ! (Toutes les photos ci-dessous proviennent de Google Street View.)

J'étais tout jeune, premier boulot, dans le milieu associatif. Si j'en crois la capture d'écran ci-dessus, des pavillons moches ont poussé à la place des locaux aujourd'hui détruits. L'expérience aurait été sympathique si mon chef n’avait pas été un psychopathe qui répondait systématiquement « débrouille-toi, il faut que tu te formes ! » à toutes mes questions. Il avait dû lire un truc sur l’auto-construction des savoirs dans La Pédagogie pour les Nuls. Ensuite, il m’engueulait parce que le boulot qu’il avait refusé de m’expliquer comment faire n’était pas fait comme il le voulait. J’ai rapidement pris le parti de ne plus rien foutre ; c’était moins humiliant de me faire pourrir la gueule parce que je n’avais rien fait que parce que j’avais fait quelque chose. Pas mal de nuits d’insomnies sur le thème « je ne veux pas aller bosser demain ». Mon pire cauchemar ? Quand je m’aperçois qu’aujourd’hui, étant cadre à mon tour, il m’arrive parfois de reproduire involontairement ces schémas pervers avec mon équipe.

Un poste peinard dans l’informatique industrielle, à dix minutes de chez moi. Peu de temps après mon arrivée, un italien fut embauché ; quand il découvrit la disposition des lieux, il me regarda d’un air désespéré et me dit avec un accent de mafioso sicilien : « M’enfin petit, tu es fou, le bureau, jamais dos à la fenêtre voyons, c’est trop dangereux ! » Et il retourna son bureau de façon à être assis face à la rue. Si j’en crois LinkedIn, ce gars est aujourd’hui directeur régional d’une des plus grosses SSII de France. On travaillait en collaboration avec une société canadienne. L’internet public n’existait pas. Pour échanger nos fichiers, on s’envoyait des disquettes par FedEx. Vingt-quatre heures pour expédier 1,44 méga-octets, ce n’était de toute façon pas beaucoup plus lent qu'un modem. Ironiquement, un des plus gros nœuds du réseau internet français de l'époque passait de l'autre côté de la rue, au défunt Centre Inter Régional de Calcul Électronique, et nous n'avions aucun moyen de nous brancher dessus…

Quelques mois passés dans un Grand Organisme De Recherche Français. La meilleure cantine qu’il m’ait été donné l’occasion de fréquenter. La Nation soigne ses chercheurs, ou du moins leur estomac. Je passais mon temps dans une grande salle climatisée avec des super-calculateurs, des dérouleurs de bande magnétique et des terminaux X11 partout. Un film de science-fiction des années 1970 fait réalité. Mon contrat n’a pas été renouvelé parce que personne n’était sûr de la pérennité de mon poste et qu’il valait mieux se débarrasser de moi avant la limite fatidique des six mois au-delà desquels licencier quelqu’un coûte beaucoup plus cher. De toute façon, vu le salaire, je ne serais pas resté. La Nation soigne ses chercheurs, mais elle n’a pas encore compris que ses chercheurs avaient un loyer à payer.

Trois ans dans des bâtiments classés monuments historiques au milieu du Parc Montsouris. Enfin en théorie. En pratique, les locaux étaient trop exigus et je travaillais le plus souvent depuis chez moi, ne passant au siège que pour les réunions, ce qui m'arrangeait puisque j'habitais principalement à Rennes à cette époque. On avait un double des clefs afin de pouvoir accéder aux locaux en dehors des horaires d’ouverture du parc. J’étais sexuellement très calme à l’époque et je n’en ai jamais profité. Quelques années plus tard, je ne vous raconte pas le nombre de plans cul que j'aurais fait en pleine nuit au bord des étangs !

Derrière la gare de Saint-Denis. Vous voyez, le quartier au bord du canal qu’on montre toujours dans les reportages sur le trafic de drogue dans le 93 ? Eh bien c’était pile-poil à cet endroit. Tous les salariés, y compris le patron, s'étaient fait agressés au moins une fois sur le trajet entre la gare et les bureaux. La direction avait fini par mettre en place une navette privée pour limiter les risques, perdant ainsi en frais de taxis quotidiens ce qu'elle avait cru économiser sur le loyer des locaux… En contrepartie, les soirs d’été, toute cette agitation, et puis entendre parler les langues de la Méditerranée au milieu des effluves de kebab, j’adorais ça. Ce fut aussi le premier boulot où je me suis présenté comme ouvertement homosexuel. Étrange mélange d'acceptation, d'indifférence et de remarques aussi naïves qu'homophobes, du genre : « Ah mais toi c'est pas pareil, tu n'es pas du genre à aller à la Gay Pride ! » ou encore : « Je ne pensais pas qu'un homo était capable d'occuper un poste aussi pointu que le tien. »

Un passage éclair en bord de Seine, dans des locaux climatisés aseptisés automatisés, il fallait même badger pour aller aux chiottes. La SSII la plus merdique pour laquelle j’ai travaillé. Les projets ne présentaient pas le moindre intérêt, les délais étaient délirants (parfois moins de 24h pour livrer), prononcer le mot « qualité » était quasiment considéré comme une insulte. Je n’ai pas tenu trois mois, j’ai démissionné sur un coup de tête un lundi soir à 17h50. Par contre, le revêtement de sol violet était assorti à mes Converses, ce qui était quand même d’une classe folle.

Toujours en bord de Seine, dans une grosse boite très sérieuse qui fabriquait très sérieusement du matériel médical très sérieux. Le maître mot ? La procédure. Des procédures pour tout. Pour écrire du code, pour tester du code, pour corriger du code. Pour écrire des documents, pour classer des documents, pour vérifier des documents, pour vérifier la vérification des documents. Pour configurer l'économiseur d'écran de son poste de travail, pour rédiger sa signature automatique de mail, pour organiser une réunion, pour transférer une compétence à un collègue. Il y avait même une procédure pour écrire des procédures et une autre pour s'assurer que les salariés prenaient bien connaissance des procédures. Alors que je faisais remarquer qu'il y avait peut-être trop de procédures et pas assez de bon sens, on m'a répondu le plus sérieusement du monde qu'on allait mettre en place une procédure pour s'assurer qu'il n'y avait pas trop de procédures. J'ai alors décrété qu'il était temps pour moi d'entamer la procédure de démission. (D'autant plus que que plusieurs de mes collègues s'étaient révélés être des militants de la manif pour tous, ce qui curieusement, avait quelque peu altéré ma capacité à travailler avec eux.) C'est dommage, parce que je trouvais plutôt intéressants les projets sur lesquels je travaillais.

Et bien sûr, par souci de discrétion, ni photo ni information à propos de mon nouveau boulot. Vous en saurez plus la prochaine fois que je changerai de poste et que j'actualiserai ce billet !

The Great Ape Project

Je découvre l'existence du Great Ape Project, une organisation qui milite pour la reconnaissance de droits juridiques aux grands singes. Passée la surprise première, je me dis que c'est finalement peu surprenant : c'est le prolongement logique de l'évolution de nos représentations sur nous-même, sur ce qui fait notre humanité.

Je ne sais pas si reconnaître des droits juridiques à des animaux est une bonne chose. Je n'ai pas d'avis tranché sur la question. D'un côté ça semble tout naturel ; d'un autre côté, sans vouloir tomber dans le sophisme de la pente glissante, il me semble que ça ouvrirait la porte à des considérations et des revendications, euh, disons, un peu radicales. Par exemple, si les primates sont reconnus comme des personnes juridiques, il se présentera tôt ou tard le cas d'une personne qui par testament lèguera sa fortune à un singe, posant alors la question du droit d'un animal à la propriété privée. Allons plus loin. Qui dit nouvelle législation dit nouveaux crimes et délits, qui dit droit à la propriété privée dit mobile de crime ; y aura-t-il des meurtres de chimpanzés, ainsi que des tribunaux et des prisons pour singes ?

Bon, ne nous emballons pas. Dans certaines régions du monde, on en est encore à faire en sorte que des humains ne soient pas traités comme des animaux, on est donc encore loin d'arriver à ce que des animaux soient traités comme des humains.

Gorges du Verdon

photo

Crest Pride

Lors des débats à l'Assemblée Nationale sur la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, le député Mariton s'est particulièrement illustré par son obstruction parlementaire : dépôt de nombreux amendements, prises de parole interminables pour ne rien dire, rappels au règlement qui n'en étaient pas dans le seul but de perdre du temps…

À la limite, s'il s'était opposé avec de vrais arguments et en toute bonne foi, pourquoi pas. Mais son opposition n'était ni argumentée ni sincère. Il fallait quelqu'un à l'UMP pour faire le boulot d'obstruction, c'est tombé sur lui, il a fait le job demandé. Point. Ça aurait pu être sur n'importe quel autre sujet, il l'aurait fait de la même manière. C'est sans doute le plus vexant dans cette affaire : que les couples homos n'aient été qu'un jouet pour Mariton, le simple objet d'une stratégie. Ce type a joué avec nos vies, avec nos histoires, parce que ça avait un intérêt politique pour son groupe. Rien d'autre.

Pour le remercier, quelques associations LGBT ont donc décidé de lui offrir une gay pride, rien que pour lui, dans sa propre ville de Crest, devant sa mairie et devant sa permanence électorale. Nous y étions !

Deux milles personnes environ, quelques célébrités comme Jean Luc Romero, des porte-parole d'associations qui ont fait de beaux discours au micro, beaucoup de couples de lesbiennes, pas mal de couples de gays, des bears, des fashionistas, des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, et plein de punks probablement hétéros mais qui ne se font jamais prier dès lors qu'il s'agit de participer à un truc un peu subversif.

Pas de chars avec de la musique techno (enfin si, un, vers la fin) mais une vraie fanfare avec deux gros pavillons de sousaphone qui dépassaient de la foule, et qui enchainait les tubes des années 80. J'adorerais qu'on reprenne le concept à la gay pride parisienne.

Après le passage du défilé, restent quelques tags sur les murs. Nul doute que le maire les aura rapidement fait nettoyer ; mais contrairement à l'adage, si ces écrits se seront vite envolés, les paroles de Mariton, elles, resteront longtemps dans nos mémoires.

Vacances

photo

Sympathique, la vue par la fenêtre de la chambre au réveil ! Et vu l'aspect des routes, je ne rêve plus que de revenir dans le coin en moto…

Recherche d'emploi

Je cherche du travail. Oh, je ne suis pas inquiet, je vais en trouver, mon téléphone n'arrête pas de sonner depuis que j'ai mis mon CV sur quelques sites bien choisis. Maintenant, est-ce que ce sera un poste intéressant, c'est une autre histoire.

Au premier rang, les SSII. Personne ne veut travailler en SSII. Du coup, elles font du gros forcing téléphonique pour essayer de vous choper avant que vous ayez trouvé un vrai travail. Et leurs cadres RH ne reculent devant rien : une boite de quinze mille personnes vous est présentée comme une structure à taille humaine (oui c'est ça, et la marmotte…), un projet d'application iPhone pour commander des sushis au japonais du coin vous est présenté comme un projet innovant à forte valeur ajoutée dans le cadre du repositionnement de la stratégie digitale d'un grand compte de l'agro-alimentaire (c'est bon, j'ai tous les buzzwords, là ?), et autre bullshit du même acabit.

Ces fâcheux ont un don pour vous faire perdre votre temps. Ils vous parlent d'un projet intéressant au téléphone, vous acceptez de vous déplacer pour un entretien et une fois sur place, vous vous retrouvez dans une grosse usine, dix personnes dans la salle d'attente, cinq RH qui font passer les entretiens à la chaine ; et vous vous retrouvez face à un mec qui vous explique qu'il ne peut pas juger vos compétences techniques parce qu'il n'y connait rien et qu'il ne peut pas vous parler du projet pour lequel vous avez été convoqué parce que c'est son collègue qui a les informations. C'est juste parce que je suis poli que je n'ai pas envoyé chier ce connard et que je n'écris pas ici le nom de la SSII qui l'emploie…

Au second rang, les cabinets de recrutement et les chasseurs de têtes. Eux font généralement bien leur boulot, mais comme ils se battent pour avoir l'exclusivité et surtout pour éviter que vous ne démarchiez les entreprises directement en les court-circuitant, on ne parvient à leur arracher les informations qu'au prix d'épiques luttes téléphoniques. Impossible d'avoir le nom de la boîte qui s'intéresse à vous ; à la place, on donne sa taille, son domaine d'activité, le type de projets qu'ils font, on use de périphrases improbables… Impossible de connaître leur position géographique, par recoupement, vous pourriez trouvez de quelle boîte il s'agit ; à la place, on vous donne un temps de trajet estimé et on vous demande si ça ne vous paraît pas trop loin de chez vous… Ce petit jeu est usant.

Enfin, il y a le démarchage direct. Je ne le fais qu'avec les boîtes dont je sais qu'elles ont un département R&D qui bosse sur des sujets qui m'intéressent, et aussi dont les locaux sont bien placés géographiquement. Avec un succès mitigé : même lorsque mon CV les intéresse, ils n'ont pas forcément un poste ouvert en R&D en ce moment.

Mon problème est surtout que je suis tellement dégoûté, vidé, usé par mon poste actuel, que j'ai un peu de mal à me projeter dans un nouvel emploi. J'y verrai plus clair après quelques vacances.

Au chômage

Le nombre de demandeurs d'emploi atteint ce mois-ci un record historique. Les causes aussi bien que les solutions sont probablement multiples et complexes ; et j'ai la plus grande méfiance envers quiconque, simple quidam, journaliste, économiste ou ministre, prétendrait détenir la solution. Je vais donc m'abstenir de donner mon avis sur la question.

Par contre, pour avoir été au chômage une fois, il y a longtemps, je peux parler de ce que c'est. À cette époque, Pôle Emploi n'existait pas, la fusion entre l'ASSEDIC et l'ANPE n'avait pas encore eu lieu, beaucoup de choses étaient différentes, mais si j'en crois les témoignages que l'on peut lire dans les journaux, je pense que beaucoup de ce que je vais raconter maintenant est encore valable de nos jours…

Premier round

À cette époque, lorsque vous perdiez votre emploi, vous deviez vous inscrire séparément aux ASSEDIC (qui vous versaient vos allocations) et à l'ANPE (qui faisait semblant de vous aider à retrouver du boulot). Il fallait pour cela produire les certificats de travail et les fiches de paie correspondant à tous les emplois occupés depuis trois ans. Problème, dans mon cas, mon dernier contrat avait pris fin pour cause de rachat de la société par une grosse boîte canadienne et dans l'opération, tout le monde s'était fâché très fort. Le directeur avait accepté un poste aux États-Unis, le président ne voulait plus entendre parler de son ancienne boîte, le comptable avait été réembauché par une autre filiale du groupe. Bref, plus personne ne voulait ou ne pouvait avoir accès aux archives, rendant l'établissement du sus-dit certificat totalement impossible. J'ai dû passer des heures au téléphone, remontant toute mon ancienne hiérarchie de bas en haut, avant qu'enfin la solution n'arrive par la bande : l'ancienne secrétaire (qui se trouvait dans la même situation que moi) nous bricola des faux plus vrais que nature.

Il fallait ensuite se rendre dans les locaux des ASSEDIC muni de ces précieux documents afin d'y remplir un dossier de demande d'allocation. (L'administration française ignore l'existence de la Poste.) Le hasard voulut que je me retrouve au chômage à la mauvaise période, en septembre, lorsque des milliers de jeunes diplômés débarquent subitement sur le marché du travail après un dernier job d'été. Résultat, des fonctionnaires débordés et des heures d'attente aux guichets. Heureusement, le jour où j'y suis allé, je suis tombé sur un fonctionnaire intelligent qui nous tint à peu près ce langage :

— Bien, vous êtes tous ici pour remplir le même dossier. Alors plutôt que de faire la queue les uns après les autres, je vais vous distribuer ces fameux dossiers directement ici, dans la salle d'attente, et vous allez tous le remplir en même temps.

Quelle bonne initiative ! me dis-je, ignorant l'enfer qui allait suivre… On nous distribua donc les formulaires. Un bref moment de panique survint lorsque la plupart des personnes présentes réclamèrent simultanément un stylo ; puis ce petit problème logistique résolu, un autre gars vint nous donner ses instructions.

— Alors, tout en haut de la feuille, vous avez une case où il est écrit : nom. Là, vous inscrivez votre nom. Mais surtout, vous écrivez bien dans les peignes, avec une lettre par case, parce que vous comprenez, c'est traité informatiquement et si vous écrivez mal, ça passe pas dans la machine et on doit tout ressaisir à la main après.

Dix minutes plus tard, tout le monde avait terminé d'écrire son nom depuis belle lurette, avait reposé son stylo et attendait. Le type finit par s'en apercevoir et reprit la parole.

— Bon, vous avez terminé ? Alors ensuite, vous avez une case où il est écrit : prénom. Là, vous inscrivez votre prénom. Mais surtout, vous écrivez bien dans les peignes, avec une lettre par case, parce que vous comprenez, c'est traité informatiquement et si vous écrivez mal, ça passe pas dans la machine et on doit tout ressaisir à la main après.

Dix minutes plus tard, tout le monde avait terminé d'écrire son prénom depuis belle lurette, avait reposé son stylo et manifestait des signes d'impatience. Le type reprit calmement, sans s'affoler.

— Ensuite, vous avez une case où il est écrit : adresse. Là, vous inscrivez votre adresse. Pas la ville, hein, pour ça il y a une autre case plus bas, on verra ça tout à l'heure. Juste l'adresse. Par exemple, si vous habitez au 8 rue des Campanules à Bourg-les-Sylvettes, vous écrivez juste 8 rue des Campanules, mais pas Bourg-les-Sylvettes. Et puis surtout, je sais que je me répète mais c'est vraiment important, vous écrivez bien dans les peignes, avec une lettre par case, parce que vous comprenez, c'est traité informatiquement et si vous écrivez mal, ça passe pas dans la machine et on doit tout ressaisir à la main après.

Dix minutes plus tard, tout le monde avait terminé d'écrire son adresse depuis belle lurette, avait reposé son stylo, et la fille assise en face de moi roulait nerveusement une dix-septième cigarette en foudroyant le type du regard.

— Alors, on va passer à la suite. Maintenant, vous avez une case...

Mais plus personne n'écoutait. Chacun se mit à remplir son dossier dans son coin, à son rythme, sans plus se soucier des ordres. En quelques minutes, tout le monde a eut fini. Quand le type s'en aperçut, un vent de panique passa sur son visage.

— Ah, mais vous ne m'attendez pas, là ! Ah, c'est terrible, je suis sûr que vous avez inscrit n'importe quoi n'importe où, on va perdre un temps fou, il va falloir tout reprendre depuis le début ! Vous, là, donnez-moi votre dossier, que je vérifie...

Le jeune lui tendit son dossier. Le fonctionnaire le regarda longuement à la recherche de la faille, de l'erreur fatale, ne la trouva pas.

— Mouais, pour vous c'est bon, mais je suis sûr que la plupart des autres a fait n'importe quoi. Donnez-moi tous vos dossiers, que je vérifie...

Et le type, devant nous, vérifia un par un tous les dossiers en maugréant. Ca lui prit une bonne heure. Nous ne pouvions pas bouger : non seulement il fallait qu'on attende qu'il nous rende nos dossiers pour y joindre les fameux (faux) certificats de travail et déposer le tout dans la boîte prévue à cet effet, mais de plus, notre fonctionnaire avait paraît-il des choses importantes à nous dire ensuite.

Importantes, c'est le terme. Parce qu'après, nous avons eu droit à un discours moralisateur d'une demi-heure, bourré de poncifs sur le chômage et la recherche d'emploi : qu'il fallait arriver à l'heure et bien habillé aux entretiens d'embauche, qu'il ne fallait pas faire de faute d'orthographe dans sa lettre de motivation, etc.

C'est à ce moment que la rouleuse de cigarette craqua. Elle se leva et quitta la pièce en hurlant qu'elle n'avait pas trois heures à perdre pour écouter ces conneries, qu'avec son bac+X elle espérait qu'on lui parle autrement qu'à un môme de 6 ans qui apprend à écrire dans les peignes et qu'en plus, elle devait passer chercher son gamin chez la nounou avant midi. Réaction du fonctionnaire, médusé :

— Ah ben elle est gonflée, celle-là. Avec une mentalité pareille, elle n'est pas prête de retrouver du travail, c'est moi qui vous le dis.

Retrouver du travail, parlons-en justement : c'est notre prochaine étape. Car c'est à l'ANPE qu'échoit la noble tâche d'aider le chômeur à ne plus en être un.

Second round

Autant je soupçonne que mes déboires avec les ASSEDIC ne furent causés que par l'incompétence d'un seul type en particulier, autant je suis persuadé qu'à l'ANPE (et à Pôle emploi aujourd'hui) le problème est général et structurel. La plupart des gens qu'on y rencontre sont probablement compétents et motivés pour aider les chômeurs ; mais ils ne peuvent rien faire tellement ils sont écrasés de procédures et de règlements stupides, d'ordres contradictoires impulsés par des décideurs politiques toujours changeant, sans parler de leur capacité d'accueil bien inférieure à la demande.

La première chose qu'on me demanda lorsque je franchis les portes de mon agence locale pour l'emploi fut de remplir une sorte de bilan de compétences. Malheureusement, si comme moi vous étiez tentés par plusieurs orientations, que la flexibilité ou la reconversion ne vous faisait pas peur, c'était râpé. Car dans votre dossier, il était explicitement prévu que vous ne pouviez prétendre qu'à un seul métier. Éventuellement deux en trichant un peu, mais pas davantage. Dépendeur d'andouilles vous étiez, dépendeur d'andouilles vous resteriez, à moins bien sûr de vous débrouiller seul pour démarcher les entreprises – ce qui ôtait tout intérêt à l'ANPE. Et encore, je n'étais pas à plaindre. Des amis qui n'avaient pas de formation (ou alors un truc exotique sans valeur sur le marché du travail) étaient prêts à accepter n'importe quel petit boulot non qualifié : caissier, secrétaire, standardiste, agent d'entretien, livreur ou que sais-je encore. À ceux-là, on répondait tout simplement que ça n'était pas possible et qu'ils devaient se décider pour un seul de ces métiers lors de leur inscription à l'ANPE. Un comble quand dans le même temps, on demandait aux employés plus de flexibilité et qu'on les incitait à suivre des formations de reconversion…

Mais revenons-en au bilan de compétence. Votre conseiller chargeait le questionnaire correspondant à votre métier sur un ordinateur puis vous laissait devant l'écran répondre à une série de questions. Je me rappelle vaguement que dans mon cas, la machine me demandait les langages dans lesquels je savais programmer, les méthodologies que je maîtrisais (genre Meurise et autres), si je savais configurer un réseau local ou bien si j'avais quelques compétences en hardware. Je répondis consciencieusement à toutes les questions ; avant de me heurter à l'impossibilité de valider le formulaire. Le conseiller ANPE identifia immédiatement la cause du problème : j'avais coché plus de seize cases. Car oui, pour l'ANPE, les chômeurs ne pouvaient pas avoir plus de seize compétences simultanément. J'ai donc décoché quelques cases au hasard et sous le regard gêné du conseiller, le formulaire est passé.

Ensuite, et c'est là que résidait le piège, le naïf que j'étais pensait que le logiciel allait mettre en adéquation mon bilan de compétences avec les offres d'emploi proposées par les entreprises, afin d'en inférer les postes qui me conviendraient le mieux. Eh bien pas du tout ! Ce que n'importe quel site de cul sur internet sait faire, le logiciel de l'ANPE en était parfaitement incapable. Les annonces que l'ANPE vous envoyait n'étaient sélectionnées que sur la base du métier recherché, pas sur celle des compétences que vous aviez déclarées. Moi qui n'y connaissais absolument rien en informatique de gestion et qui ne maîtrisais pas le langage Cobol, je reçus des dizaines d'offres d'emploi concernant la résolution du bug de l'an 2000 pour des logiciels financiers écrits en Cobol...

Ça aurait été juste risible si vous n'étiez pas obligés de répondre aux annonces que vous receviez. Car si vous ne leur donniez pas suite, l'ANPE vous classait dans la catégorie des fainéants qui ne recherchaient pas activement un emploi et qui tentaient de profiter du système. Ce qui se traduisait à brève échéance par la suppression de vos allocations. J'ai donc passé des heures et des heures dans des entretiens d'embauche bidons pour des postes dont je savais pertinemment que je ne correspondais pas au profil, juste parce que j'avais besoin de me faire jeter officiellement et dans les règles de l'art par des DRH (tampons sur les formulaires à l'appui), pour prouver à l'ANPE que j'étais réellement en recherche active d'emploi.

En fait, l'ANPE était tellement incompétente pour aider les chômeurs que les recruteurs ne faisaient même pas appel à elle. La mère d'un ami, qui était DRH dans un grand groupe où le roulement était assez important, m'expliquait que lorsqu'elle devait embaucher du personnel pendant les périodes de pic d'activité, le meilleur moyen était de passer par les petites annonces. Passer par l'ANPE nécessitait de remplir des tonnes de formulaires administratifs, pour au final recevoir une majorité de candidatures ne correspondant pas au poste. Et à titre personnel, dans toutes les entreprises où je suis passé, je n'ai jamais vu un seul DRH se tourner vers l'ANPE (ou vers Pôle Emploi) pour effectuer un recrutement. Ce n'est pas un hasard si les cabinets de recrutement privés font fortune.

Bien sûr, si Pôle Emploi était compétente pour trouver des emplois aux chômeurs, ça ne résoudrait que marginalement le problème du chômage. Mais qu'est-ce que ça économiserait comme argent public et comme crises de nerfs…

Tiens, puisqu'on parle de chômage, figurez-vous que j'ai démissionné il y a quinze jours. C'est un poil stressant, mais beaucoup moins que de continuer à bosser dans une boîte de dingues, finalement.

Oui !

photo

Moralisation pour les nuls

On se fout complètement de savoir si nos élus sont riches ou pauvres. On se fout complètement de savoir combien ils possèdent de PEA, de Twingo hors d'âge et d'appartements à Paris.

Ce qu'on voudrait savoir, c'est s'ils ont des conflits d'intérêts. Ce qu'on voudrait savoir, c'est s'ils ont des liens avec des entreprises qui ont intérêt à ce que telle ou telle loi soit votée. Ce qu'on voudrait savoir, c'est s'ils ont acquis leurs biens au prix du marché ou s'ils ont utilisé leur position pour bénéficier de réductions. Ce qu'on voudrait savoir, c'est s'ils gèrent correctement les budgets publics qu'on leur confie ou s'ils s'en foutent plein les poches. Ce qu'on voudrait savoir, en fait, c'est s'ils sont honnêtes ou pas.

Ce qu'on voudrait savoir, c'est si les potes de Bouygues ont manœuvré pendant des années pour retarder l'attribution d'une licence de téléphonie mobile à Free, c'est par quel moyen un fabricant d'éthylotests a réussi à faire passer une loi pour rendre ses produits obligatoires dans tous les véhicules, c'est comment l'industrie du disque a réussi à imposer une législation aussi débile qu'inefficace sur les droits d'auteurs, c'est si les gens qui décident du sort des OGM sont motivés par l'intérêt général ou par celui de leurs copains actionnaires. Pour ne citer que quelques exemples.

Les déclarations de patrimoine des ministres, c'est bien gentil, mais ça n'a aucun rapport avec le sujet. Ce n'est qu'un écran de fumée pour dissimuler les vraies questions, ce n'est qu'un tour de passe-passe pour détourner l'attention des gogos qui se satisferont de cette moralisation à deux balles. Pas étonnant que les ténors de la droite se précipitent pour jouer le jeu de la transparence : eux aussi, ça les arrange bien, ce petit jeu qui permet d'éviter de discuter des vrais sujets moraux.

Ce qu'on voudrait surtout, ce sont des journalistes assez couillus pour répondre tout ça à ces crétins qui défilent dans les médias depuis hier, la main sur le cœur, pour jurer qu'ils sont des références morales puisqu'ils n'ont que 3800€ d'épargne et une vieille bagnole. Mais ça, si la presse jouait son rôle de quatrième pouvoir chez nous, ça se saurait.

Dans la cuisine d'Astérix

Contrairement aux Romains, les Gaulois n'aimaient pas écrire. Ou alors, ils écrivaient sur des supports trop périssables pour traverser les siècles. En tout état de cause, on possède très peu d'écrits gaulois et notamment, aucun traité de cuisine. Que mangeaient donc nos ancêtres les Gaulois ?

À Bibracte, des archéologues se sont penchés sur la question. Ils ont étudié les traces de nourriture incrustés dans les fragments de poterie, ils ont reconstitué les outils, ustensiles et modes de cuisson disponibles à l'époque, ils ont recensé la faune végétale et animale qui vivait dans le coin il y a deux mille ans, ils ont cherché dans les écrits romains des allusions aux habitudes gauloises ; et un chef cuistot a tenté d'imaginer les recettes que l'on pouvait faire avec tout ça. Résultat : un bouquin et un restaurant.

De passage dans le coin, le copain et moi sommes donc allés manger gaulois ! Ambiance rustique : vaisselle en poterie, tables en bois au ras du sol, des coussins pour s'assoir et pour seuls couverts, une cuillère en bois et un couteau en fer forgé, sans manche.

En entrée, purée de lentilles, champignons, saumon, pissenlits et pain d'épeautre. En plat de résistance, une sorte de couscous à base de semoule d'orge, de fèves, de navets, de céleri, de mouton et de poulet (théoriquement assaisonné de cumin, mais la serveuse avait oublié…). En dessert, une soupe de myrtille et des galettes à la farine de noisette. Pour arroser le tout, une bonne cervoise, mais nous nous sommes abstenus, ayant quelques centaines de kilomètres à faire ensuite.

L'expérience est dépaysante et sans nul doute à tenter une fois, mais il faut quand même bien dire que c'est un peu fade. Pas étonnant, la plupart des épices et herbes aromatiques sont apparues bien plus tard, au Moyen-Âge. Les Éduens devaient se débrouiller avec ce qui poussait dans le Morvan : une sorte de cumin sauvage, de la menthe… Peu de sel et pour seule source de sucre, le miel et les fruits. Ça limite les possibilités d'assaisonnement.

Et malheureusement, l'archéologie est formelle : pas de sanglier. Oubliez donc Astérix, Obélix et leurs ripailles légendaires !

Engrenages

photo

Du bon usage des clignotants

Sur la route, pour changer de file, il faut être VIF. V, I, F, comme Vérifier, Informer, Faire. On vérifie que l'on peut changer de file, c'est à dire qu'on regarde dans son rétroviseur, au besoin on tourne la tête. Ensuite, on informe que l'on va changer de file en mettant son clignotant. Enfin, on fait, c'est à dire qu'on change de file.

Mettre son clignotant, ça veut dire : « je change de file ». Ça ne veut absolument pas dire, jamais, dans aucune circonstance : « bon alors j'aimerais bien changer de file, mais j'ose pas parce qu'il y a beaucoup monde, s'il vous plait est-ce que vous pourriez être gentils et me laisser passer ? »

Ami automobiliste, quand tu mets ton clignotant comme ça directement sans réfléchir, quand tu informes que tu vas faire sans avoir vérifié d'abord, tu fais les choses dans le désordre. Moi, j'arrive en moto juste derrière à ce moment-là et je me dis : « ah putain le con il va déboiter ! » et je freine à mort. Mais tu ne déboites pas. Tu restes sur ta file, à faire mine d'y aller tout en n'y allant pas, avec ton clignotant obsédant, à te tordre le cou pour regarder dans le rétroviseur, à attendre je-ne-sais-quoi, et moi je reste sur ton arrière gauche, à ne pas oser te doubler parce que je me dis que tu vas bien finir par y aller, c'est évident puisque tu as mis ton clignotant et que le clignotant ça veut dire : « j'y vais ». Et ça dure. Et ça m'énerve. Ça m'énerve à cause de la décharge d'adrénaline (freiner fort en moto est toujours un peu risqué), à cause que j'ai bien cru que tu allais me couper la route, à cause que tu te décides toujours pas y aller bon sang mais qu'est-ce que tu fous vas-y quoi ! Et le pire c'est que le plus souvent, à force de scruter ton rétroviseur, tu finis par comprendre que la voie n'est pas libre (il fallait peut-être le vérifier avant…) et que tu ne peux pas y aller, alors tu enlèves ton clignotant et tu choisit finalement de ne pas bouger de ta file.

Tout ça pour ça.

Ami automobiliste, je t'aime bien mais s'il te plait, arrête de mettre ton clignotant n'importe comment sans réfléchir. Sois VIF. Tu éviteras pas mal de crises cardiaques aux motards qui arrivent derrière toi.

[small]Et un jour je vous parlerais du seul truc qui m'énerve encore plus que les gens qui ne savent pas utiliser leurs clignotants : les gens qui se mettent sur la file de gauche pour rouler à la même vitesse, voire plus lentement, que sur la file de droite.[/small]

Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10